Commanditaire: CAUE 54
Mission: Etude de faisabilité

Coût étude: 3 600 € TTC


Cette étude de faisabilité, commandée par le CAUE 54, concerne la réhabilitation de l’église du Haut des Pierres à Conflans en Jarnisy.


Trois hypothèses ont été développées:


-1. Halle publique ouverte

-2. Halle + Salles polyvalentes

-3. Habitations

eglise-conflans-09


1. HALLE PUBLIQUE OUVERTE

Surface (plain-pied): 265 m²

Estimation: 370 000 € HT

Cette hypothèse propose de mettre en valeur la disposition Est-Ouest du bâtiment sur une parcelle orientée Nord-Sud et traversante d’une rue à l’autre, en assumant son caractère public.

Plancher intermédiaire, vitraux et allèges existants sont déposés de façon à créer une grande halle ouverte transversalement, toute hauteur et pouvant accueillir différentes manifestations publiques, marchés, concerts…

Les vitraux déposés sont remplacés par des grilles ouvrables verticalement selon le principe de herses.

Le thème des vitraux est repris en partie haute au niveau des baies de l’étage existant afin d’apporter une lumière zenithale colorée au sein de la construction.

Ne sont pas compris dans l’estimation les dispositifs éventuels de gril technique suspendu en partie haute, propre aux salles de spectacles, les systèmes d’éclairage et de sono, d’éventuels gradins et scènes escamotables…


eglise-conflans-07

eglise-conflans-06

eglise-conflans-061


2. HALLE + SALLES POLYVALENTES

Surface (RdC et R+1): 490 m²

Estimation: 720 000 € HT

Cette proposition consiste à créer un Établissement Recevant du Public (ERP), avec une halle propice à diverses manifestations en rez-de-chaussée et des salles polyvalentes à l’étage, en réhabilitant l’étage existant.

Ceci implique, au regard de la réglementation et de la mise en sécurité incendie des ERP ainsi que de l’accessibilité des PMR, la création d’un ascenseur et de deux escaliers de 2 unités de passage (UP) chacun (largeur 1.40 m).

L’esquisse de ce projet a été dimensionnée en prenant l’effectif maximal de public que peut accueillir le bâtiment au vu de la réglementation concernant la sécurité incendie. Dans ce cadre réglementaire, le bâtiment par sa fonction est un ERP de type L, et par sa capacité d’accueil maximale de catégorie 2 (entre 701 et 1 500 personnes). Ceci-dit, l’effectif réel du bâtiment est sujet à déclaration du maître d’ouvrage et peut être inférieur à l’effectif maximal admis, ce qui impliquerait de fait des dispositions moins contraignantes, s’agissant notamment du nombre et des largeurs de dégagements obligatoires.

L’escalier existant est déposé pour trouver un hall d’accueil recevant un escalier plus large ainsi qu’un ascenseur. L’escalier annexe est disposé en place de l’ancienne sacristie, façade Nord.

L’existence de l’ascenseur permet de proposer un ensemble de sanitaires concentré à l’étage, permettant d’imaginer un espace de rez-de-chaussée totalement libre.

Dans cette hypothèse, l’isolation thermique n’est envisagée que pour l’ensemble des salles de l’étage, et peut être étudiée en isolation intérieure tout en évitant les ponts thermiques.

Ce programme offre l’avantage de conserver la disposition spatiale du bâtiment existant et de ne pas provoquer de transformation lourde des façades. Ces deux points participent à conserver le caractère du bâtiment et à justifier sa réhabilitation.


eglise-conflans-05

eglise-conflans-08


3. HABITATIONS

Surface (RdC, R+1 et R+2): 690 m²

Estimation: 1 035 000 € HT

Le parti pris consiste à créer des logements traversants Nord-Sud, en intégrant les entrées au Nord de manière à orienter la majorité des espaces de vie au Sud, ainsi que de petits jardins privatifs.

Le niveau fini du plancher de l’étage existant étant situé à 4.60 m du niveau fini du rez-de-chaussée, ceci ne permet pas en l’état d’envisager la construction  d’un plancher intermédiaire (hauteur trop faible), ni d’imaginer une hauteur de rez-de-chaussée aussi importante pour des habitations de ce type.

Ceci implique la dépose du plancher d’étage existant pour la réalisation de cette opération et la construction de deux nouveaux planchers.

La sacristie est également démolie.

L’isolation thermique est envisagée sur le côté extérieur des façades, accompagnée d’une véture. Ceci permet de limiter les ponts thermiques et de faire profiter aux logements de la grande inertie thermique qu’offrent les murs de façades existants, maçonnés sur une épaisseur de 50 cm.

Créer des logements implique la dépose intégrale des vitraux existants, ainsi qu’une transformation lourde des ouvertures existantes en façades et de l’apparence générale du bâtiment. Elle offre l’avantage de donner à de nouveaux logements les qualités thermiques et spatiales d’une construction en maçonnerie épaisse, rarement mise en oeuvre dans les constructions neuves actuelles.

Spatialement, le plan est divisé en 4 parties, ce qui génère deux sous hypothèses générales:

– Hypothèse 1.1: 4 maisons mitoyennes (‘en bande’), chacune se développant sur 3 niveaux.

– Hypothèse 1.2: 8 logements, dont 4 simplex au rez-de-chaussée et 4 duplex disposés aux premier et deuxième étage. Cette hypothèse permet de proposer plus d’unités d’habitation (pour une même surface créée). Cependant, elle est sujette à une demande de dérogation au regard de l’accessibilité des personnes à mobilité réduite (PMR). Celle-ci impose une accessibilité totale du niveau d’entrée de chaque logement créé, mais laisse entendre une dérogation possible dans ce cas précis (pas d’ascenceur pour accéder aux 4 duplexs qui comprennent leur premier niveau au R+1), justifiée par l’économie de projet pour cette opération d’échelle relativement petite.


eglise-conflans-03

eglise-conflans-04